La B.I. j’aime ça…

Mon coeur de SQLeuse est partagé en deux…D’abord la partie qui adore plonger sous le capot, dans les tréfonds du moteur de requêtes..

Extirper la sainte vérité, combattre les vilaines requêtes du monde RBAR des developpeurs qui ne pensent pas par lot ou set (et match). Atteindre la pureté et le nirvana des bonnes clés, de l’index puissant, de l’instruction concise avec le SARG précis.

Vâlâ… c’est beau, c’est bien, ça carbure gentiment…

Et puis à côté de cela il y a le monde de la BI.

Parce qu’on accumule ces données.

Des tas

Des paquets

Des montagnes

Des mines d’or

Et qu’on aimerait bien les croiser. Trouver des causes ultimes, prédire enfin. La connaisssance c’est le savoir, la puissance ultime…

Tadaam , clairon, trompettes kpi et dashboard…graphiques lumineux, indicateurs incandescent, rapports sexys..

Oui sauf que moi… moi j’adore aller au charbon. Extraire ces données coriaces de leur gangue de boue.

Une donnée de prod c’est moche et sale , souvent , comme un diamant brut.

· Paske un jour a on a décidé que pour faire une fleur commerciale on allait changer mr en « madame » sur le contrat d’assurance vie. Oui ca diminue la prime *

· Paske les contraintes d’intégrités c’est bien suffisant de les mettre dans le code la db c’est qu’un entrepot idiot.

· Paske, merveille renouvelée de la nature , l’utilisateur saura toujouuuuurs tordre vos applications pour faire rentrer des ronds dans des carrés. Ou pas J

Alors les données de prod quand on va les chercher on prévoit des « dirty data corner » parce qu’il faudra bien expliquer que tout compte fait dans notre cube le calcul de la progression des parts de marché est un chouilla moins heu… arrogante ?

Sur des millions et des millions de lignes les erreurs sortent…on les remonte, on les explique, on les traite si possible.

Et on polit tout cela gentiment.

Et on arrive peu à peu au Saint Graal… le ONE VERSION OF THE TRUTH….

Un genre de « on disait que » mais au moins fixé une fois pour toute. Placer au possible dans un lieu centralisé serein et sécurisé les dix commandements.. heu les formules de calcul de rentabilité …

Pour etre honnête et franche c’est la partie la plus compliquée…j’ai vu des projets s’arreter car personne ne pouvait finalement prouver la validité ou pas d’une donnée. Argh sic.

L’analyste aime solitairement sauver un rapport adhoc en excel et lui apliquer gentiment un x² pour redresser ses ventes…

Je vous reparlerai de self BI plus tard.

Là juste que mon univers n’est pas si divisé…dans le monde décisionnel c’est encore plus de données, plus de traitement , plus de défis… et du cambouis pleins les mains.

LIKE IT !!!!

*mmh j’ai toujoours un petit fremissement de joie à vous rappeler que mon espérance de vie est statistiquement supérieure à la vôtre…..

Une réponse à “La B.I. j’aime ça…

  1. Pingback: Après le Food Porn , le Data Porn | The SqlGrrrl·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s