La self B.I. ca fait peur … ou pas.

selfBI

On a tous été bercé par les lois de Kimball. Et pour avoir plongé les mains dans le cambouis, on a tous souffert un jour sur les insondables abimes des données de production. Et sur leurs improbables variations. Alors, en gens sérieux, on prône le travail propre, constant, préparé et orchestré par les demi-dieux de l’IT (nous) et leur savants outils.

Un projet de Business Intelligence ca demande du temps et de la patience et de la rigueur et…

La claque.

Parce que dans notre monde d’instantanéité on veut- là! toute de suite!!!-croiser la donnée, chevaucher les graphes, partir en goguette dans les dimensions, consommer du sens. Et faire des trucs sexys, vendeurs et bluffant et l’afficher partout et vite.

Foin de ces rapports lentement polis par des aller-retours entre l’IT et les utilisateurs: un peu plus à gauche , moins de colonnes, un camembert, non un histogramme , regroupons, détaillons …

Et si on se penche sur la Wave 15 , sur les nouveautés d’Excel 2013… ca y est , tout y est , même le Power View .. l’anarchie nous guette.; Les gens vont tout croiser et se perdre…Ca va être dantesque. Et en plus ils publieront leurs insanités dans SharePoint.

Stop.. respirons.

Ok un jour on a eu cette société d’assurance avec des hommes qui étaient des femmes dans la base mais des hommes mais on voulait leur faire une reduction sur la prime d’assurance-vie et voilà quoi…

Ok on enseigne aux jeunes padawans que dans tout bon ETL il faut un coin pour les “dirty data” et les remonter et affiner et corriger…

Ok on est tous traumatisés par ces fichiers excels connectés à des bases de productions qui moulinent de la macro insensée..

Mais si toutes ces nouveautés d’exploitations n’étaient que des opportunités de ramener au client son travail d’analyse en grande liberté et créativité ? N’est ce pas lui qui connait le métier et les décisions ?

Osons plus…!
A qui in fine appartient la donnée ? (la question est ouverte)

Je ferais bien le parallèle avec les CMS. Combien d’informaticiens ne se sont-ils pas retrouvés à rédiger des articles et des pages pour leur intranet avant qu’un systeme décent ne permette à l’utilisateur –qualifié- de publier aisément son contenu.

Je pense que le défi actuel n’est pas dans un combat sur l’exploitation des données mais bien dans la mise à disposition des utilisateurs de sources de qualités, performantes , validées et exploitable aisément.

Les moyens d’y arriver s’élargissent ainsi que les acteurs potentiels du monde BI.

Alors la self BI…j’aime aussi…et j’en parle.

C’était au menu du GUSS à Paris ce 26 Septembre

Et à celui de l’UGFS le 4 octobre

En Belgique et au Luxembourg d’ici la fin de l’année
Bientôt sur Channel 9 avec mon partner in crime:
Serge Luca, grand maitre SharePoint
Nos slides

A deguster sans modération
La preview d’Excel 2013
Microsoft BI Team blog
Dan English Blog
Chris Webb Blog

About these ads

2 réponses à “La self B.I. ca fait peur … ou pas.

  1. Ping : BI Powaaaa | The SqlGrrrl·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s